accueil     biographie     bibliographie     œuvre artistique     textes     Postscriptum 3     témoignages     contact     liens     commentaires

    Claude Tarnaud

commentaires

Envoyez un commentaire par e-mail à
info@claudetarnaud.com !

09.07.2007

   Je viens de consulter le site internet dédié à Claude TARNAUD.
   Il est très beau, ouvert à tous les vents. Les photographies, pour la plupart de plein air, donnent le sentiment du large.
   L’océan n’est pas loin, même à Salignan.
   « Mai que salubre est le vent ! »
   Peut-être aussi New-York y fera une apparition ( clichés, dessins…. ) ?
   Merci à Gibbsy, Pierille et Sylvie pour tout cela ( Les « énigmes » de divers matériaux, l’inéndit « mémoire », le vent et l’océan, et les ombres portées ).

J.-Y.C.

10.07.2007

Bravo pour le site Claude Tarnaud que je viens d'apercevoir via Guy Darol.

Alain Paire, Aix

12.07.2007 sur www.guydarol.com

CLAUDE TARNAUD/MICHEL FREMON

Effervescence de Michel Frémon qui vient aggraver l'agréable, ajouter du grain autour de Claude Tarnaud.

Il faut ici saluer Gibbsy, Sylvie et Pierrille Tarnaud pour l'évocation qu'elles nous offrent avec la complicité de Michael Kopp. Tout est ici question de juste distance. Rien à voir avec le tape à l'oeil d'usage. Il faut évidemment lire Tarnaud et, en ces temps gros de luttes, il faut plonger dans "Le bout du monde". Comprenne qui pourra. Dans le Roman vécu, Jouffroy décrit ce soir de nouvel an où Tarnaud, annonçant son départ pour Mogadiscio, invective le milieu parisien et intellectuel qu'il fréquentait jusqu'alors. Le contrepoint, c'est Ira Carter, le laveur de vitres, ... " Je tiens ici à mettre les choses au point, comme on dit. Il m'est impossible de saigner sans dissimuler la plaie derrière un certain badinage (que d'aucuns voient là comme de l'humour, c'est leur droit et je m'en contrefous). Il s'agit non seulement pour moi d'un réflexe immédiat de pudeur, mais aussi d'une volonté bien déterminée de protéger, par la distance qu'un léger sourire à peine tremblant me permet d'assumer, l'intégrité d'hommes que je respecte profondément et dont j'ai pris - à tort peut-être - le parti de parler tant bien que mal à quelques autres." ("DE" ou "Le bout du monde", page 98, éditions de L'écart absolu, septembre 2003, et grand merci à M. Sébastien Petibon). En ces temps gros de luttes, et Merdre aux moralisateurs que l'on reconnaîtra aisément tant ils occupent la scène petite bourgeoise d'aujourd'hui.

Michel Frémon

Gloire à Michel Frémon et gloire à Claude Tarnaud !

12.08.2007

Je viens enfin de prendre le temps de visiter votre site consacré à Claude.

C'est émouvant de le retrouver là...Je vous remercie d'offrir ainsi au public les éléments de base sur son oeuvre et sa vie. Je ne connaissais pas cet inédit, non plus. Je me suis permis de mettre en lien votre site sur les nouveaux blogs que je commence autour d'Envers.(  Envers   ; En marge d'Envers) J'espère que vous n'y voyez pas d'nconvénients, sinon n'hésitez pas à me le signaler.D'ici quelques jours, je devrais poster un article sur Claude (un ancien texte inédit, qui ferait état de votre site).
Encore merci pour avoir créé ce site et peut-être à bientôt 

Pierre Zimmermann  (Charp)

30.08.2007

Beauté poétique, finesse des analyses, rythme du récit : "De" est un chef-d'œuvre. Merci à Gibbsy et Pierrille pour ce site. Il produira des hasards numériques.

Olivier Silve

Envoyez vos commentaires par e-mail à

info@claudetarnaud.com !
 

accueil     biographie     bibliographie     œuvre artistique     textes     Postscriptum 3     témoignages     contact     liens     commentaires